• Ouais, je sais, j'ai pas posté depuis 2 semaines, mais bon. Un exam à passer.

     

    Armanor se réveilla en sursaut. Son repos avait été de courte durée, depuis la dernière bataille, quand lui et ses compagnons avaient enfoncé les lignes ennemies, toujours au plus profond de la Forteresse Noire. L'air était lourd, encore chargé de l'odeur de la poudre, du feu, et de la sueur de ses 93 soldats qui restaient, présents sous ses ordres. Depuis 12 jours qu'ils faisaient le siege de la forteresse, beaucoup avaient péri, et encore plus du coté ennemi. Dans leurs armures, les combattants paraissaient fatigués, mais pas un ne songeait à abandonner.

    Armanor s'assit sur la table qui lui avait servi de lit provisoire.

    • Vous avez dormi, Sire?

    C'était Llanor, un de ses principaux officiers, le plus intelligent, et peut-être même le plus fidèle.

    • Pas suffisamment pour mon corps, mais suffisamment pour mon esprit. Et arrête de m'appeler Sire. On est frères, brenne! C'est pas parce que je suis roi que je dois faire appliquer le protocole à tous. Les humains le font peut-être, mais pas nous.

    • D'accord, Arma', comme tu veux. Bon. Il nous reste 89 combattants prêts à se battre, et 4 blessés qui peuvent encore tenir une arme mais pas de bouclier. Parmi les combattants, nous avons encore 4 mages, 14 fusiliers, et le reste en infanterie de corps à corps.

    • Je n'ai pas confiance en la magie. C'est un truc qui foire un peu trop souvent à mon goût. J'prefere la poudre noire. Et une bonne lame. Il marqua une pause. On a des nouvelles des lignes arrières? On devait recevoir un crache flammes...

    • Oui, on nous l'a fait parvenir il y a une heure. Par contre, l'ennemi a un démon. Et un gros, selon les visions des mages, minimum du 9ème cercle.

    • 'Chier! Manquait plus que ça! En même temps, si on a un crache flammes, ça ne sera pas un gros problème. Notre principal souci sera la porte finale, paraît qu'il y a un dragon de cuivre qui protège le seigneur...

    • C'est pourquoi j'ai pris la décision d'attaquer la salle au bout du couloir Nord-Ouest, dit Llanor avec un sourire. C'est le musée de la forteresse, avec une arme pour le moins intéressante...

    Armanor regarda son frère, étonné. Llanor fit un signe de la main, et deux guerriers amenèrent un coffre de taille imposant et l'ouvrir.

    • Oui. C'est le Brise Folie, le Marteau personnel de notre arrière grand-père, le Grand Astrator... Tu le mérite...

    • Par les Dieux... Avec une arme comme celle la, la bataille est gagnée d'avance!

    Le roi était émerveillé, souriait presque, en tenant dans ses mains la relique enchantée, l'artefact de légende.

    • Tu oublie le dragon. Et le démon. Et le fait que l'ennemi est encore trois fois plus nombreux que nous...

    • Brenne! Qu'importe. Nous l'emporterons!

    Llanor se leva, s'avança vers les soldats et commença à parler d'une voix forte :

    • Mes amis! Mes frères! Soldats! L'heure de la victoire est venue! Prenez vos haches, vos mateaux et vos épées, chargez vos fusils, ...ou révisez vos sorts, comme vous voulez -un rire moqueur parcouru l'assemblée qui s'était formée. On m'a annoncé que l'ennemi disposait d'un démon, ainsi que d'un dragon, et qu'il se pourrait bien qu'ils soient encore trois fois plus nombreux que nous! Et alors? Ce ne sont que de simples humains! Ce soir, nous gagnerons! Ce soir, nous transpercerons l'ennemi de nos lames, nous vaincrons! Pour les Dieux! Pour la liberté! Et pour Amarnor, le Roi des Nains!

     

    Brenne = merde en ancien runique.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique